Entrepreneurs : découvrez les erreurs à éviter lors de votre levée de fonds

La levée de fonds est une entreprise qui doit être préparée afin de maximiser les chances de succès…

Key

1 – Lever des fonds trop tôt

Lever des fonds consomme du temps. Gardez ce temps pour construire votre MVP (Minimum Viable Product) et accrocher vos premiers clients et partenaires.
Lever des fonds trop tôt augmentera la dilution de votre capital du fait de la valorisation faible de votre entreprise. Vous devrez alors céder une part plus importante de celle-ci.

2- Être mal préparé

Arrivez avec un pitch solide, complet et convaincant. Les investisseurs reçoivent souvent beaucoup de projets, évitez un dossier trop volumineux (le Crowdpaper ©, visible pour les inscrits Particeep est un exemple de document synthétique en 4 pages).
Connaissez sur le bout des doigts vos concurrents et votre marché (pensez international). Expliquez comment vous vous différenciez. N’ignorez pas l’importance de votre équipe et de vos conseillers et parrains.

3- Se présenter sans le minimum nécessaire

Les investisseurs vont regarder en premier lieu la composition et la complémentarité de l’équipe dirigeante. Ne vous présentez pas seul. Nous sommes en France, mettez vos diplômes en avant.
Veillez à vous entourer de conseillers et parrains expérimentés.
La taille de votre marché a aussi son importance.  Présentez l’intérêt déjà manifestés par les clients (voir point suivant), et l’avancement de votre prototype de produit ou service. Si vous êtes très peu avancé sur l’ensemble de ces points, travaillez-les et attendez avant de lever des fonds.

4- Se présenter sans client

Si vous présentez votre concept avec un nombre important de clients prêts à acheter votre produit, cela signifie que votre équipe a déjà fait en partie de ses preuves et que votre produit et votre stratégie de monétisation fonctionnent. N’avoir aucun client limitera fortement votre valorisation.

5- Dévoiler des chiffres fantaisistes

Divisez votre prévision pessimiste de chiffre d’affaires par 4.
Présentez des chiffres trop élevés ne fera pas briller les yeux des investisseurs.
Cela peut montrer que vous sous estimez les difficultés liées à la mise en œuvre de votre business.

6- Être imprécis sur l’utilisation des fonds

Identifiez les étapes clés à venir et quels seront précisément vos postes de dépense pour chacune de ces étapes. Vérifiez plusieurs fois qu’un poste de dépense n’est pas mal utilisé ou mal optimisé.

7- Lever trop ou trop peu de fonds

Évaluez vos besoins de fonds qui vous permettront de réaliser les prochaines étapes importantes et ajoutez 6 mois.
Inutile de voir trop loin, cela évitera de lever trop de fonds trop tôt, et réduira votre dilution.

8- Donner une valorisation trop élevée

Ne pensez pas qu’à la valorisation mais plutôt au contrôle de l’entreprise.
En cas de situation délicate de l’entreprise, ou si la valorisation du premier tour de table a été beaucoup trop élevée, les investisseurs initiaux et fondateurs peuvent avoir de sérieux problèmes lors d’une seconde levée de fonds, si la valorisation est inférieure. On appelle cela un « down-turn » et il provoque une forte dilution des investisseurs initiaux et des dirigeants… avec un risque fort de perte de contrôle.
Les « down-turn » surviennent souvent lorsque l’entreprise n’arrive pas à réaliser ses objectifs. D’où l’importance de planifier des objectifs raisonnables et de les atteindre. 

9- Ne pas avoir de premiers « investisseurs-supporters »

Même si ce n’est pas un critère discriminant, comme pour le crowdfunding de don, il est préférable d’avoir déjà des premiers investisseurs impliqués à vos côtés et prêts à soutenir votre entreprise dans la levée de fonds (et après). Pensez qu’en sollicitant votre réseau, vous pouvez susciter un engagement fort dans l’aventure, d’autant que les investissements dans les PME peuvent être éligibles à une défiscalisation d’ISF ou une réduction d’impôts.