Selon les prédictions de plusieurs spécialistes et sociétés de conseil, le secteur de la fintech connaîtra de plus en plus de croissance en 2019, retrouvez cinq tendances que promet l’année 2019 dans cet article concocté par l’équipe Particeep.

Vers de plus en plus de prêts en ligne 

Les prêts en ligne sont un domaine plus mature du marché des technologies financières, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il y aura un ralentissement l’année prochaine. Et cela, même dans un contexte d’incertitude macroéconomique et de taux de croissance qui pourraient connaître des baisses d’une année sur l’autre. Il est prédit que les plateformes de prêt en ligne en marque blanche connaitront davantage de demandes. Plus d’automatisation donc pour la distribution des produits de crédit afin de réduire le risque d’erreur humaine lors du traitement de la documentation.

Particeep offre une API et une plateforme en marque blanche pour distribuer en moins de 2 minutes des produits de crédit en ligne. Regardez ce que nous avons fait avec la filiale de Société Générale, Crédit du Nord, pour distribuer des prêts immobiliers via l’API Particeep. Cas d’usage. 

Assurance : vers de plus en plus de digitalisation des opérations en 2019

Le recours à des solutions technologiques innovantes commence à prendre de l’ampleur dans le secteur des assurances, ce qui permet désormais à l’assurech de devenir plus répandu. Les acteurs financiers digitalisent de plus en plus leurs opérations afin de mieux répondre aux besoins des consommateurs et de rester en avance par rapport à la concurrence.

Selon divers rapports, 52% des consommateurs sont prêts à changer leur fournisseur d’assurance pour un meilleur service en ligne. La transformation numérique des assurances consiste à proposer aux clients un espace sécurisé en ligne, une disponibilité 24h/24 et 7j/7 et des applications mobiles plus intuitives et personnalisées.

76% des membres de la génération Y croient que l’accès à l’information et aux services via une application mobile est très important pour choisir leur fournisseur d’assurance. Les compagnies d’assurance ont été moins touchées par les perturbations digitales mais ressentent de plus en plus l’attrait de la digitalisation.

Les prestataires d’assurance sont convaincus que la transformation digitale est inévitable et présente d’innombrables avantages. 94% des assureurs ont déclaré que la distribution de produits d’assurance sera le domaine le plus impacté par la technologie au cours des cinq prochaines années. C’est également une excellente opportunité pour les acteurs de l’assurance de se rapprocher de leurs clients. La digitalisation d’assurance peut accroître la communication et les points de contact avec les clients étant donné que le secteur des assurances est traditionnellement un secteur low-touch.

Découvrez les fonctionnalités et la démonstration de notre solution Particeep Plug pour distribuer tout produit d’assurance et de crédit en quelques clics : Particeep Plug

La réglementation DSP2 et l’open banking

Le secteur financier évolue de façon continue, tout comme l’environnement réglementaire. L’année 2019 verra la mise en œuvre de la deuxième directive européenne sur les services de paiement (DSP2). La directive vise à fournir aux consommateurs plus de clarté et de transparence et un partage de données sécurisé dans le cadre d’un secteur bancaire voulu ouvert – dit aussi open banking.

Ces directives réglementaires faciliteront le partenariat et la coopération entre les acteurs établis et les acteurs émergents tels que les fintechs. La législation vise à fournir aux tiers l’accès aux données clients des banques et autres entités financières. Open Banking et DSP2 permettront à diverses institutions financières de tirer parti des services de tiers et de leur intégration simple dans leurs offres de produits. À l’aide d’architectures ouvertes telles que les API, les acteurs financiers peuvent accélérer leur transformation digitale et leur collaboration avec des entreprises innovantes spécialisées dans les technologies financières. 75% des grandes institutions bancaires s’engageront activement dans le développement d’applications fintech en profitant de l’open banking.

Découvrez notre analyse complète sur cette réglementation et sur ses apports : Analyse Particeep de DSP2.

Fintech : plus de création de valeur en 2019 grâce aux APIs

Les Application Programming Interfaces (API) continueront de jouer un rôle important en offrant une expérience client plus intuitive et plus complète. Ces systèmes ouverts contournent les développements informatiques internes fastidieux et limités.

Les API permettent d’intégrer et imbriquer – comme dans un jeu de Lego – plusieurs services tiers et micro-services financiers. Par exemple, l’API Particeep a déjà intégré des modules de connaissance client en ligne KYC / KYB, des prestataires de paiement en ligne, de signature électronique, de vérification des pièces justificatives, etc.

Les partenariats avec de grands acteurs financiers souhaitant intégrer divers micro-services financiers à leur offre existante devraient connaître une augmentation à compter de cette année 2019.

En outre, nous pouvons nous attendre à voir davantage d’intégrations d’options de paiement en ligne puisque le cashless est de plus en plus adopté. La Suède et les pays nordiques sont les plus avancés en termes de cashless. En Suède par exemple, le cash n’est utilisé que pour 20% des transactions, comparé à 75% pour la moyenne mondiale.

Envie d’en savoir plus sur la documentation API de Particeep ? Découvrez-la par ici.

Partenariats : vers plus de fusions-acquisitions

Les partenariats avec les Fintech se développent, ce qui entraîne une croissance des activités de fusions-acquisitions, car la majorité des entreprises bien établies préfèrent acquérir des entreprises émergentes et innovantes. Le secteur des technologies financières est considéré comme le plus prometteur depuis la crise financière de 2008. Les prédictions indiquent que le Matrix FinTech Index générera un rendement de 200% au cours des trois prochaines années. Les technologies financières dépasseraient donc d’au moins 150 points de pourcentage les sociétés du S&P 500.

2019 devrait être une année encore plus fructueuse car de plus en plus de fintechs visent à s’introduire dans le club des licornes. Par exemple, 40 fintechs aux États-Unis ont levé plus de 100 millions de dollars en fonds propres. La propriété connaît donc de plus en plus de changements en 2019 et nous assisterons à davantage de fusions-acquisitions au cours des prochains mois. Cependant, les prédictions annoncent que les acteurs émergents resteront plus longtemps privés.