Pages Menu
Categories Menu

Publié par le 22 juil 2013 dans Entreprenariat et création d'entreprise | 0 commentaires

Plusieurs pistes pour trouver des fonds au démarrage de votre activité

Aides publiques à la création d’entreprise, subventions, concours…, quelques pistes pour trouver des fonds

Avant de lever des fonds trop tôt… plutôt que de se tourner vers les banques, solliciter trop rapidement les Business Angels ou lancer une campagne de crowdfunding, il est nécessaire d’étudier les dispositifs d’aide à la création d’entreprise et de financement de projets qui existent. En voici quelques- uns qui visent à permettre aux entrepreneurs de trouver les fonds nécessaire au démarrage de leur projet.

lever des fonds ©Particeep

Le prêt d’honneur Scientipôle Initiative : l’association propose un prêt d’honneur de 20 000 euros par associé (personne physique détenant au moins 5% du capital), dans une limite de 60 000 euros (30 000 euros par associé et maximum 90 000 euros, si l’entreprise produit des biens physiques). L’entreprise doit cependant être domiciliée en Ile de France, et avoir une activité innovante. Attention, la sélection des dossiers est rigoureuse.

Le statut fiscal de Jeune Entreprise Innovante (JEI) : ce statut délivré par l’administration n’offre pas de prêts ou financements, mais des exonérations fiscales importantes, notamment sur les charges patronales. Pour acquérir ce statut l’entreprise doit justifier un niveau de R&D important,

Le Crédit d’Impôts Recherche (CIR) : le CIR est l’autre dispositif d’allégement de coûts liés à la R&D. Il permet d’économiser des sommes importantes lors du paiement de l’impôt sur les sociétés (IS), ou de toucher un montant fixé si l’entreprise ne paie pas l’IS. Précisions de l’administration fiscales : «Le crédit d’impôt recherche (CIR) est égal à 30 % des dépenses de recherche inférieures ou égales à 100 millions d’euros, et à 5 % au-delà».

Paris Innovation Amorçage (PIA) : ce dispositif permet d’obtenir un prêt allant de 30 000 euros à 100 000 euros. En outre, il offre la possibilité de rejoindre un incubateur de la région parisienne. D’autre part, un accompagnent personnalisé est obligatoire et coûte 7 000 euros par an. Il est cependant à prendre comme un atout plus que comme une dépense supplémentaire.

Les Réseaux Entreprendre, présents dans chaque département. Ils proposent des prêts d’honneur aux créateurs ainsi qu’un accompagnement des entrepreneurs. Des réunions sont organisées tous les mois pour échanger avec les autres lauréats. Les Réseaux Entreprendre existent dans chaque département, cependant, une fois encore, la sélection des dossiers est rigoureuse.

La Banque Publique d’Investissement (BPI) et le Fond National d’Amorçage : Gérée par la Caisse des Dépôts, la BPI est le regroupement d’Oséo, de CDC entreprises, du FSI et du FSI Régions. La BPI devrait investir 12 milliards d’euros dans les entreprises françaises entre 2012 et 2017. Les priorités sont établies sur les « secteurs d’avenir » (écotechnologies, biotechnologies et numérique), mais également l’économie sociale et solidaire. L’objectif du fond est de re- dynamiser l’ensemble des territoires en réalisant des investissements dans des PME à fort potentiel déjà en activité. Le Fond National d’Amorçage vise à favoriser l’émergence des PME innovantes, il est doté de 400 millions d’euros et de 200 millions d’euros supplémentaires issus du « Fond pour la société numérique ». Le Fond National d’Amorçage est géré par CDC Entreprises. Plus d’informations sur La Caisse des Depôts.

Enfin, les nombreux concours de startup et projets en amorçage. Il en existe des dizaines en France qui proposent des prix divers et variés. Les gagnants se voient offrir des services d’accompagnement ou plusieurs dizaines de milliers d’euros. Bien souvent, les concours apportent surtout un réseau, une communication gratuite et une vision externe du projet.

En voyez- vous d’autres… ?

Pour aller plus loin :
- Étudiez comment lever des fonds